Adieu CÉSAR !

César, tu laisses un grand vide : quand j’ai eu l’occasion de faire ta connaissance un peu plus sérieusement, au cours de l’année 2002, tu m’avais paru bien isolé au sein du troupeau de Montricher de l’époque, pas grand moral, maigrichon, constamment en train de tiquer, de te mordre la langue et d’aspirer de l’air... et pourtant, tu ne vivais plus en box, mais au grand air, en groupe.
Officiellement, le bonheur absolu pour un cheval...
Oui mais voilà, toi, tu avais besoin d’autre chose... la sympathie fut immédiate !
Petit à petit, tu as pris goût à nos visites, au point de me suivre au fond du parc, tu as profité d’une attention toute particulière, et tu as repris de l’aplomb et du poids. Ton tic se faisait plus rare...
Et tu es devenu - ou redevenu - un magnifique grand cheval !
Au début de cette année, j’ai eu l’occasion de te trouver une place dans une écurie où le contact humain et les visites ne t’ont pas manqué. Cette écurie, tu l’as immédiatement adoptée. Ton tic a presque complètement disparu.
Tu faisais toujours ton possible pour essayer de nous retenir lorsque nous te rendions visite.
Aujourd’hui, c’est nous qui aurions fait n’importe quoi pour essayer de te retenir. Tu es parti sans crier gare, après être rentré du parc apparemment en pleine forme et avoir “nettoyé”  ta mangeoire du grain qui s’y trouvait.
Au matin, tu étais couché dans ton box - tu étais parti.
Bonne route César, prends bien soin de toi. Tu me manques...

I.K.
 

CESAR, début juin 2005, Longirod...
Il nous a quittés au cours de la nuit du 1er au 2 juillet, à l’âge de 26 ans.