Dernières nouvelles - selon nos infos:

1) Le Refuge de Darwyn a “in extremis”  trouvé pas mal de fonds et a pu racheter beaucoup d’ânes!

2) Le fait que tous les ânes soient tirés d’affaire reste hypothétique tant que ce genre de système de “plaque tournante” de lots d’ânes en plus ou moins - plutôt franchement moins !!! - bon état ne cessera pas définitivement ...

3) Nous ignorons toujours où est notre PENELOPE (que nous avions, pour information, décidé d’accueillir le 17 janvier déjà) et surtout qui s’est acharné à nous empêcher de l’accueillir avec un ou deux vieux/vieilles, surtout si l’on sait qu’une bonne place au calme les attendait à Cottens, à une petite demi-heure de route ( donc sans gros stress de transport!) et surtout... pourquoi ?!?

MIVIDO espère sincèrement que tout ceci est dû à un malentendu ou une mauvaise volonté du revendeur - sinon, c’est à désespérer du genre humain...
 

LETTRE OUVERTE du 24 janvier 2007 :

Voilà…
Depuis le mois de décembre 2006, MIVIDO, alerté par des amis des ânes, s’était inquiété du sort d’ânes stationnés dans le canton de Vaud, visiblement mal entretenus et en surnombre.

Après concertation  – nous travaillons ordinairement pour les chevaux et poneys en fin de carrière, principalement de manège ! – nous avons décidé de faire jouer la clause d’exception de nos statuts pour porter secours à deux ou trois ânes menacés, en mettant l’accent sur le fait de sauver en priorité des vieux ou vieilles dont personne n’aurait voulu…
De même, il nous fallait être sûrs d’avoir au moins un âne parrainé d’entrée, afin de contribuer à couvrir les frais de pensions, car l’argent manque.
MIVIDO, en effet, compte actuellement déjà plusieurs chevaux à sauver sur sa liste d’attente…

Nous sommes donc allés sur place le 17 janvier, avec une donatrice, qui a craqué pour une vieille ânesse, maigrelette, au vilain poil, rapidement baptisée PENELOPE, qu’elle souhaitait parrainer… et nous avons essayé de comprendre le problème de ces ânes arrivés de France en pas terriblement bon état, en surnombre et à l’avenir incertain.
MIVIDO a donc mis une option sur l’ânesse, et a promis prendre en plus un ou deux laissés-pour-compte – en insistant que sa vocation et ses statuts prévoyaient essentiellement des « fin de carrière »… 

Nous avons emprunté les sous pour le rachat – sans aucun remue-ménage public, afin de ne pas nuire à une autre association qui appelait au secours pour récolter des fonds – et avons organisé le transport pour le mardi 23 ! Entre temps, nous avons obtenu confirmation téléphonique que PENELOPE serait bien pour nous, tout semblait en ordre, nous cadrions avec nos statuts !

Mais voilà… de manière incompréhensible, le rachat de PENELOPE nous fut rendu impossible… d’autres intervenants voulant absolument avoir l’ânesse parrainée par nos soins...
Deux fois on nous l’a refusée, puis accordée, au gré de - mauvais - coups de théâtre.

Le jour J, après avoir encore insisté auprès du détenteur qu’il nous était impératif de recueillir PENELOPE, parrainée par l’une de nos donatrice, et avoir eu encore confirmation de sa part que c’était OK –  nous avons été brutalement mis devant le fait accompli par le détenteur en question, par téléphone, que deux acheteuses surgies soudainement de nulle part (!!!) voulaient avoir notre vieille ânesse et qu’il nous laissait donc 3 mâles, dont des jeunes.

Malheureusement, les 3 ânes ne cadraient pas avec la clause d’exception de nos statuts, ni le souhait des donateurs.
La parole donnée a été violée sans aucun égard, pour de sombres raisons.
Tout notre plan de sauvetage a donc été compromis. Nos donateurs, écoeurés, n’ont pas souhaité céder au chantage (« si vous ne les prenez pas, je les tue ! ») – et se sont aussi spontanément étonnés de l’acharnement mis en œuvre par on ne sait qui pour nous empêcher coûte que coûte d’accueillir PENELOPE…
PENELOPE avait un foyer à demi-heure de là, à Cottens, qui l’attendait avec un ou deux congénères plus ou moins âgés que nous aurions pris dans le lot…

Non, ce n’est pas MIVIDO qui a pâti de cette triste affaire – bien au contraire, nous avons reçu de très sincères et chaleureux témoignages de sympathie et de soutien – mais trois ânes que nous ne pouvions pas prendre… et qui auraient sûrement pu trouver d’autres adoptants que MIVIDO, limité par ses statuts.

Les ânes qui cadraient, eux, avec nos statuts et nos possibilités du moment nous ont été refusés. Résultat : ce sont les animaux qui paient le prix, encore une fois, de la bêtise humaine !

UN IMMENSE MERCI À TOUS CEUX QUI NOUS ONT SOUTENUS QUAND MÊME !

NB: grâce au blog anesendetresse.skyblog.com, les internautes étaient parfaitement au courant que MIVIDO s’engageait à sauver deux vieux ânes... dont acte!
PS: non, apparemment, aux dernières nouvelles, tous les ânes ne semblent pas être sortis d’affaire...
AFFAIRE À SUIVRE... nous vous tiendrons au courant au gré de nos informations.